À des prix d’antan - Princess Hewitt

Mon blogue

À des prix d’antan

À des prix d’antan - Princess Hewitt

Hier soir, ma mère m’a appelé pour m’aviser qu’il y avait un événement spécial au Marché de la Gare de Sherbrooke.  En fait, les journaux ont publié une annonce qui déclarait que les fermiers vendraient tous un article – un de leurs produits – au même prix qu’au début des années 1900.  J’ai trouvé cela intéressant et j’ai décidé d’y aller aujourd’hui.

J’en ai parlé avec deux de mes voisins, mais ils étaient, tous les deux, occupés (ou ils préféraient ne pas sortir de leurs logements avec air climatisé en cette journée de grande chaleur).  Donc, je suis allé par moi-même au marché avec mon sac à dos vert et en petite robe d’été.

J’ai marché en direction du magasin avec un auvent commercial. Ce secteur abritait les fermiers et les vendeurs de nourriture préparée, comme un barbecue organisé par le magasin principal du Marché de la Gare.  Vu que je ne mange pas de viande, j’ai passé à côté sans regarder et j’ai approché le premier fermier.

Celui-ci vendait des pommes et des produits dérivés, tels que de la confiture, de la compote, du sirop et du beurre de pomme.  Une odeur délicate de cannelle planait au-dessus de sa table, en plus de l’odeur familière et réconfortante des pommes.  Pour l’événement spécial, il vendait un petit panier contenant trois pommes McIntosh pour seulement 20 sous.  Certes, il y avait une limite d’un panier par personne, car sinon, plusieurs clients s’en procureraient une quantité industrielle.  J’ai acheté le petit panier et j’ai continué mon chemin.

Le deuxième fermier vendait une panoplie de légumes de jardin comme des concombres, des oignons, des patates, des fèves vertes et jaunes, des carottes, des betteraves, des tomates et de la laitue.  Leur spécial était d’offrir un maximum de trois concombres au prix de 5 sous chacun, avec un achat minimum de $2 de légumes.  Vu que leurs produits n’étaient pas biologiques, j’ai choisi de ne pas les acheter.

Le prochain que j’ai visité vendait les produits biologiques que je voulais me procurer.  Malgré qu’il n’y avait pas de spécial d’antan, les prix étaient très bons et j’ai sélectionné un concombre, une aubergine, de la laitue rouge et un petit piment mauve.  Le tout m’a coûté seulement $3.50, ce qui est très bon pour des produits biologiques frais.

Par la suite, un autre fermier qui vend une grande variété de légumes offrait des oignons au prix d’antan.  Puisque c’est un des rares légumes que je n’aime pas, j’ai continué jusqu’au vendeur de produits d’érable.  Celui-ci offrait un bâton de tire à seulement 25 sous.  J’en ai pris un juste avant de reprendre le chemin de la maison.

Enfin, j’ai fait un peu d’exercice.  Je m’attendais à avoir plus de spéciaux d’antan, mais je comprends pourquoi il y avait si peu de produits qui se vendaient à ce prix spécial.  Après tout, leur travail vaut quelque chose, et il faut le respecter.