La liberté des autres - Princess Hewitt

Mon blogue

La liberté des autres

La liberté des autres - Princess Hewitt

Faut-il toujours le répéter ? Mon copain vient d’être appelé pour effectuer un remplacement toiture Saint-Eustache. Mais il ne veut rien faire. Il faut que nous le disions de nouveau : la liberté de chaque personne se termine là où celle d’autrui commence. Ce n’est pas nous qui avons inventé cette définition, mais bien ceux et celles qui étudient la philosophie, la sociologie, la psychologie, et la loi ! Non mais, parfois, je me pose de sérieuses questions au sujet de l’humanité. Pourquoi certaines personnes ne veulent jamais travailler.

C’est certain que nous ne pouvons pas contrôler toutes les personnes sur la terre. Il va falloir se dire que notre espèce aura toujours des pommes pourries. Par contre, en ce moment, je crains que ces pommes-là, n’aient qu’un peu trop d’influence sur la vie et les décisions prises pour le peuple.

Nous étions au supermarché. Un homme se tenait debout devant la porte d’entrée, et ne semblait pas vouloir bouger, et nous laisser passer. Il semblait un peu ivre, comme s’il n’avait pas arrêté de boire depuis le soir précédent. Nous lui avons demandé de se déplacer pour nous laisser passer, mais il a refusé. C’est alors que mon copain lui a juste donné une petite poussée pour le faire bouger, et cela n’a pas plu du tout à l’homme.

Il s’est mis à crier, comme quoi il avait le droit de se mettre debout, là où ça lui disait. La liberté, déclarait-il, c’est de pouvoir faire ce qu’on veut. Notre pays nous permet de faire ce que ça nous dit, et s’il a envie de se tenir en avant de la porte de sortie d’un supermarché, bien, il va le faire. Il refusait de se déplacer pour qu’on puisse continuer notre chemin. C’est alors que mon chum m’a remis les sacs, m’a dit de l’attendre dans l’auto, et s’est mis à parler à l’homme.

Je me suis rendue à l’auto aussi rapidement que je pouvais, car je ne voulais pas que mon chum se fasse blesser. Je le connais ; si quelqu’un lève les poings, il accepte le défi. Et c’est justement ce qui est arrivé. Mon chum, quand il cherche à « enseigner » quelque chose à un entêté, ne recule pas. Il voulait, à tout prix, que cet homme comprenne que la politesse est de mise, et que la liberté, ce n’est pas de faire absolument n’importe quoi qu’on veut, n’importe quand. Il y a des limites à ce qu’on peut faire.