Le chapitre du tueur en série - Princess Hewitt

Mon blogue

Le chapitre du tueur en série

Le chapitre du tueur en série - Princess Hewitt

Franchement, je ne voulais pas sortir de la maison ce soir. Ce dont j’avais envie, c’est d’un bon livre et une bonne nuit de sommeil. Je suis morte de fatigue. Heureusement que mon mari, est aussi crevé que moi. Le métier de CPA Montréal, ce n’est pas un travail de tout repos. Ni à Montréal, ni nul part ailleurs finalement. C'est beaucoup de stress, afin que les clients soient toujours satisfaits.

Alors, d’un pas traînant, je me suis dirigée vers la bibliothèque, en quête d’un bon livre. Je ne me souviens pas de la dernière fois que j’ai acheté un livre. Il va falloir que je me tienne au courant des nouveautés sur le marché, pour renforcer mes étagères de livres. Un livre de fiction à la main, je me suis dirigée vers ma chambre, me suis installée sur le lit et j’ai commencé à lire…

Je sens quelque chose de lourd. Comme si quelqu'un appuyait fortement sur sa poitrine. Cette personne veut m’étrangler et ses deux mains saisissent ma gorge. Je pouvais sentir la pression de son corps sur ma poitrine. Je me débats du mieux que je peux, mes pieds se balancent dans le vide. Rien à faire… J’étouffe et ne parviens pas à crier à l'aide. Aucun mot ne sort de ma bouche. Je fais tous les efforts possibles pour me libérer.

Mais pourquoi quelqu'un essaie-t-il donc de m'étrangler ? Je n’ai pas d'ennemis. Est-ce alors un voleur ou un assassin ? Oh non ! C’est peut-être être un tueur en série ? Mais pourquoi moi ? Il en a sûrement après les jeunes femmes seules. J’allais être sa nouvelle victime. J’aurai dû être plus prudente : l'alarme n’est pas allumée et je n’ai pas une arme pour me défendre. Dans un dernier effort, je saisis ses mains autour de mon cou et le repousse de toutes les forces qui me restent.

Transpirant abondamment, j’ouvre les yeux, respirant difficilement, à la recherche de mon souffle. La chambre est sombre et je cherche l'interrupteur à tâtons. Ma chambre s’inonde alors de lumière. Personne… Le lit est trempé de sueur. Mes lèvres et ma bouche sont desséchées et prudemment, j’attrape la bouteille d'eau sur la table de chevet. J’avale rapidement quelques gorgées d'eau, tout en essayant de me calmer.

En baissant les yeux, j’aperçois le livre que je lisais avant de m’endormir. Je le ramasse et en feuillette les pages. Je m’étais endormie au chapitre où le tueur en série entre dans une maison. Ce cauchemar semblait si réel. Pour en avoir le cœur net, je rassemble tout ce qui me reste de courage et me lève. Je me dirige vers la fenêtre et regarde dehors. Sombres et silencieux, les arbres se balancent dans le vent de la nuit.