Le gardiennage en perdition - Princess Hewitt

Mon blogue

Le gardiennage en perdition

Le gardiennage en perdition - Princess Hewitt

C’est comme cela que je qualifierais la situation actuelle. Ma cousine Marie-Élise a décidé il y a quelques années de monter sa propre entreprise.

Après avoir fait un baccalauréat en science, elle a décidé de se lancer dans des études d’infirmière.

Au bout de la troisième année, elle a voulu passer le concours d’éducatrice en garderie afin de se spécialiser dans le travail avec les enfants. Elle a toujours adoré les enfants. Je dois avouer que je suis toujours restée sceptique quant à ce choix de vie. Effectivement, j’ai toujours eu beaucoup de mal à gérer les enfants, et surtout les plus petits. Leur naïveté peut être parfois déconcertante, et la simplicité des mots employés peut souvent nous paraître cruelle. La situation me paraît certes encore plus compliquée lorsqu’il s’agit d’en gérer plusieurs à la fois, mais bon, restons concentrés sur le sujet de l’entreprise de ma cousine Marie-Élise.

C’est donc avec son diplôme d’éducatrice en poche qu’elle décide de d’abord travailler dans une école comme conseillère, et ensuite, dans une garderie où elle était en charge de s’occuper de huit enfants toute une journée. Elle les récupérait une fois que leurs parents les aient déposés avant de partir travailler et les faisait manger, jouer, leur préparait des activités ludiques et s’assurait du bon déroulement de la journée.

Au bout de quelques années, elle s’est lassée et a décidé de se mettre à son propre compte et après avoir contacté un prêteur prive à montréal, d’ouvrir sa propre garderie.

Après avoir trouvé les fonds et les locaux nécessaires au commencement de l’aventure, elle a pu tout mettre en place. Le principe était simple, elle recrutait de jeunes éducatrices fraichement diplômées et leur proposait de travailler avec elle. Ce n’était pas une garderie, mais une agence de gardiennage. Une fois les éducatrices recrutées, Marie-Élise s’occupait de les mettre en relation avec des personnes dans le besoin et prenait un pourcentage sur leur salaire.

À ses débuts, tout se passait à merveille, l’entreprise à gagné en compétences et en ressources et surtout en renommée. Elle a donc pu considérablement augmenter le nombre de personnes travaillant pour elle. Toutefois, je dois admettre que me cousine est parfois bornée, elle est résolue à ne pas utiliser l’outil informatique. Pourtant l’utilisation d’un logiciel spécialisé en garderie pourrait tellement utile pour gérer ses éducatrices et les associer aux clients en question…